La lecture du Coran 3 jours après le décès d’une personne ...

Publié le par Administrateur MUKHLISUN

Le dimanche 16 muḥarram 1427 H..

 

Question :

Est-il légiféré de lire la sourate « al-fātiḥah » (n°001) et la sourate « al-ikhlāṣ » (n°112) dans le lieu d’habitation du mort après [l’écoulement] de trois jours ou bien, est-ce [considéré comme] une innovation (bidʿah) [dans la religion] ?

 

Réponse du Comité permanent pour la Recherche scientifique et l’Avis religieux – qu’Allāh les récompense – :

Nous ne connaissons aucune preuve [pour cet acte] dans le Coran et la Tradition prophétique (sunnah) qui puisse légiférer la lecture des sourates « al-fātiḥah » et « al-ikhlāṣ » et autres [versets] en l’endroit ou l’habitation du défunt après [une durée] de trois jours [1] et nous ne connaissons pas que l’un des Compagnons, l’un de leurs suiveurs ou bien l’un parmi ceux qui ont suivis les suiveurs [des Compagnons] [2] a transmis cela du [Messager d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui –]. [Donc,] le fondement [en cela,] c’est sa prohibition (manʾ) d’après sa parole – Prière et Salut d’Allāh sur lui – :

 

« Celui qui pratique une œuvre [basée] sur [autre chose] que notre Prescription (religion/amr), [elle] lui sera rejetée (refusée, pas acceptée...). » [2].

 

Quant à celui qui prétend sa légalisation (machrūʿīyyah) [se voit dans l’obligation de ramener] une preuve.

Et d’Allāh vient le Succès et que la Prière et le Salut d’Allāh soient sur notre Prophète Muḥammad, sa famille et ses Compagnons.

 

Membre : ʿAbd Allāh bn Ghudayān.

Président : ʿAbd Al-ʿAzīz bn ʿAbd Allāh bn Bāz.

 

___________________

[1] : Malheureusement, il existe beaucoup d’innovations liées à la mort. Une qui est assez répandue, consiste à se réunir dans la maison du défunt, en plus du troisième jour, le quarantième jour...

[2] : Il s’agit ici des trois premières générations bénies de l’Islām porteuse de la saine Compréhension du Coran et de la Tradition prophétique (sunnah). Le musulman n’a pas d’autres choix que cheminer sur leur Voie.

[3] : Ḥadīth rapporté par Al-Bukhārī et Muslim. Voir : « al-arbaʿīn an-nawāwīyyah », n°5.

 

Traduction : L’équipe MUKHLIṢŪN

Référence : http://www.ahlalhdeeth.com/vb/showthread.php?t=114292

 

Des remarques ? Contactez-nous !

Commenter cet article