11 arguments pour te détourner de la célébration de la naissance du Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – ...

Publié le par Administrateur MUKHLISUN

Le mercredi 05 de rabīʾ al-awwal 1429 H..

Voilà bien une innovation qui est largement répandue dans le monde musulman ! Cette innovation, consiste à fêter dans la « joie » la naissance du Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui –.

Certes, il est un signe de foi le fait de vouer de l’amour envers le Messager d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui –, de le suivre. Mais l’excès ou l’ignorance de certains musulmans les poussent à l’innovation, en l’occurrence, la célébration de sa naissance pensant qu’ils trouveront, en elle, un moyen de se rapprocher d’avantage de lui et de lui vouer encore plus d’amour. Mais les arguments confirmant que cette célébration est une hérésie sont en faveur des gens de la sunnah contre les adeptes de cette innovation. Cher frère, chère sœur qui célèbre cette fête, as-tu une quelconque preuve sur ce que tu fais ou alors agis-tu par ignorance ? Sache que si tu agis par ignorance que :

 

1) Certaines personnes appellent cette fête : « bidʿah ḥasanah » (bonne innovation) alors qu’elle signifie religieusement : tout acte, parole, croyance... n’ayant aucun fondement dans le Livre d’Allāh et la Tradition prophétique (sunnah) purifiée d’après la saine Compréhension des pieux Prédécesseurs.

Donc, prétendre qu’il existe de « bonnes innovations » en Islām c’est vraiment être absorbé par les passions car les deux aḥādīth célèbres démontrent le contraire :

D’après Umm Al-Mu’minīn Umm ʿAbd Allāh ʿĀichah – l’Agrément d’Allāh sur elle –, le Messager d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui – a dit :

 

« Celui qui innove dans notre Affaire (sous-entendu, « notre religion » : l’Islām), ce qui ne lui appartient pas, [alors cela,] est rejeté (ou n’est pas accepté de lui). »

(Al-Bukhārī et Muslim dans : « al-arbaʿīn » d’An-Nawāwī. N°5).

 

Et d’après une version de Muslim :

 

« Celui qui pratique une action, [non conforme] à notre Affaire, [alors elle lui sera] rejetée. »

(Source : Idem).

 

Ainsi, tant qu’il n’y aura pas de Textes religieux prouvant l’authenticité de cette fête, elle sera considérée comme ne faisant pas partie de l’Islām et celui qui la célèbrera tombera dans l’innovation et bien évidemment ! il n’y a aucune preuve religieuse à son sujet.

Par contre, il est recommandé à tous les musulmans de faire revivre les Traditions prophétiques (sunan) abandonnées par les gens et les y appeler car se sont des actes ayant un fondement. L’Envoyé d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui – a dit :

 

« Celui qui invite les gens à une voie droite (hudā), il aura une récompense équivalente à celle de tous ceux qui l’ont suivi sans toutefois que leurs propres récompenses n’en soient diminuées [alors que] celui qui invite à un égarement (ḍalālah), il se verra inscrit à son actif un péché équivalent à ceux qui l’ont suivi sans toutefois que leurs péchés n’en soient diminués. »

(Rapporté par Muslim d’après Abī Hurayrah – l’Agrément d’Allāh sur lui –. N°2674).

 

2) Ce n’est qu’au quatrième siècle de l’Hégire que des gens imprégnés par le chiisme innové ont institué cette innovation. C’est la dynastie des « Fatimides » en Egypte qui virent les chrétiens fêter la fausse « naissance » de Jésus fils de Marie – Salut d’Allāh sur lui – et prendre ce jour en congé. Ainsi, ils firent la même chose mais en fêtant la « naissance » de Muḥammad – Prière et Salut d’Allāh sur lui –.

 

3) Après la mort de l’Envoyé d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui –, les Compagnons, cherchant par quel mois débuter le calendrier, s’opposèrent à le commencer par le jour de la naissance du Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – afin de ne pas imiter les chrétiens en cela. Ils prirent un autre évènement important lié à l’Islām : Celui de l’Hégire.

 

4) Si cette célébration fait partie du parachèvement de la Religion, elle aurait dû, nécessairement, être de coutume avant la mort du Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui –. Si elle n’en fait pas partie, elle ne peut donc être considérée que comme une innovation et comme cela est authentifié dans la Tradition prophétique (sunnah) :

 

« [...] toute innovation mène au Feu [de l’Enfer] »

 

5) Cette pratique, ni les Califes bien-guidés, ni les Compagnons, ni les musulmans loyaux des trois premiers siècles ou encore, ceux qui les suivirent dans la Guidée ne s’y adonnaient. De même, notre Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – n’a jamais célébré son anniversaire. Celui qui dit le contraire qu’il amène sa preuve s’il est véridique...

 

6) Si cette célébration fait partie de l’Islām, qui aurait dû être plus en droit que nous de la célébrer ? N’est-ce pas les Compagnons vertueux qui sont meilleurs que nous tous ? L’amour et la vénération qu’ils éprouvaient à l’égard du Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – étaient, en effet, bien plus intenses chez eux que chez nous ! Ils étaient sincères et scrupuleux quant à la pratique de la Tradition prophétique (sunnah) et ils étaient justement durs envers les innovateurs. Celui qui prétend qu’un seul Compagnon a fêté ce jour qu’il amène sa preuve s’il est vraiment du nombre des véridiques...

 

7) A présent nous ne pouvons qu’être d’accord pour affirmer que sa célébration survint plus tard après les Compagnons... N’est-ce pas ? Mais alors, pourquoi Allāh le Très-Haut aurait-Il privé les premiers musulmans de cette fête alors qu’ils sont meilleurs que nous en toute chose ? Allāh le Très-Haut ne peut être sujet à l’oubli ! Nous cherchons protection en Toi Seigneur contre l’ignorance.

 

8) Il y a une divergence quant à la date exacte de sa naissance ! Cette pratique innovée, que les gens ont instaurée le 12 du mois de rabīʾ al-awwal n’a aucun fondement du point de vue historique car rien ne prouve que le Messager d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui – soit né le 12. Les historiens ont divergé en sept dates différentes, à savoir : le 02, 08, 09, 10 12, 17, 22. On en conclut que la date est inconnue et cela est un bienfait d’Allāh le Très-Haut pour ceux qui réfléchissent.

 

9) Sa célébration est une désobéissance claire au Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui –. Allāh le Très-Haut dit :

 

(Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. [...] »)

(Coran : 18/110).

 

Voyez sa modestie et ce qu’il nous dit :

 

« Ne me vantez pas comme le firent [les chrétiens] à l’égard de Jésus fils de Marie. [Plutôt, dites de moi :] Serviteur d’Allāh et Son Messager. »

(Rapporté par Al-Bukhārī, d’après Ibn ʿAbbās – l’Agrément d’Allāh sur lui –. N°6830).

 

Dans une autre version :

 

D’après Ibn ʿAbbās – l’Agrément d’Allāh sur lui –, il a entendu ʿUmar – l’Agrément d’Allāh sur lui – dire [alors qu’il se trouvait] sur le minbar : « J’ai entendu le Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – dire :

 

« Ne me vantez pas comme le firent les « naṣārā » (chrétiens) à l’égard de Jésus fils de Marie. Quant à moi, je suis Son serviteur (esclave) (à Allāh). [Dites, de préférence :] le serviteur d’Allāh et Son Messager. »»

(Al-Bukhārī. N°3445).

 

Malgré ces avertissement claires, les « soufis » extrémistes, reconnaissent au Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – des attributs à caractère divins ! D’autres, exagèrent dans ses éloges, au point de tomber dans le polythéisme (chirk) ! Certains, le prennent en intermédiaire (tawassul) entre eux et Allāh le Très-Haut !

Cher frère et chère sœur, sache que le Messager d’Allāh – Prière et Salut d’Allāh sur lui –, est le bien-aimé d’Allāh le Très-Haut, le dernier d’une longue chaîne de Prophètes et Messagers – Salut d’Allāh sur eux –. Il a été envoyé à l’Humanité entière. Après notre Créateur, nous l’aimons plus que nos personnes, nos proches et nos biens. Nous avons une énorme estime pour lui pour son Appel à l’Unicité divine (tawḥīd) et son combat du polythéisme. Nous invoquons notre Seigneur afin qu’Il le récompense par la meilleure des récompenses et qu’Il l’élève à la place qu’il mérite auprès de Lui.

Nous nous efforçons de nous attacher à sa Voie. Nous sommes persuadés qu’il a accompli parfaitement sa Mission et qu’il a tout transmis de sorte que la Religion est, aujourd’hui, claire et complète : Rien ne peut être rajouté, omis ou modifié !

Nous croyons également en la réalité de sa mort. Jamais, nous l’invoquerons pour qu’il exauce nos demandes ou nos supplications, car cela lui est impossible ou alors, qu’il soit un intermédiaire entre nous et Allāh le Très-Haut. Le seul intermédiaire permis, est de le prendre comme modèle dans la croyance, la pratique, le comportement. Voilà notre croyance et celle de nos Ancêtres vertueux !

Regardez l’égarement des chrétiens à l’égard de Jésus fils de Marie : Ils sont allés jusqu’à le prendre comme une divinité ! Ils l’invoquent, le supplient... de sorte qu’ils ne savent plus faire la différence entre le Créateur et la créature ! Allāh le Très-Haut dit :

 

([Rappelle-leur] le moment où Allāh dira : (Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allāh ? ») Il dira : « Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le Grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu.)

(Coran : 5/116).

 

10) Cette fête, est une imitation des mécréants alors que les deux Sources sont claires à se sujet : Interdiction au musulman de les imiter. La preuve par le Coran :

 

(Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. Dis : « Certes, c’est la Direction d’Allāh qui est la vraie Direction. » Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allāh ni protecteur ni secoureur.)

(Coran : 2/120).

 

La preuve par la Tradition prophétique (sunnah), le ḥadīth connu :

 

D’après Ibn ʿUmar – l’Agrément d’Allāh sur lui –, le Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – a dit :

 

« Celui qui imite un peuple (leur ressemble), il en fait partie. »

(Abū Dāwūd et authentifié par Ibn Ḥibbān. Voir : « bulūgh al-marām » d’Al-Ḥāfiẓ bn Ḥadjar Al-ʿAsqalānī. N°1269).

 

Aussi, il dit – Prière et Salut d’Allāh sur lui – :

 

« Faites le contraire de ce que font les polythéistes (muchrikīn). »

(Muslim. N°259).

 

11) La plus part du temps, la célébration de sa naissance – Prière et Salut d’Allāh sur lui – est fêtée dans le polythéisme. On voit beaucoup cela dans les pays du Moyen-Orient comme l’Egypte, la Syrie... ! En effet, certains croient que le Prophète – Prière et Salut d’Allāh sur lui – assiste à leur célébration ! Alors, certains, profèrent des poèmes hérétiques, d’autres l’invoquent, le supplient pendant que d’autres chantent et dansent : « Yā nabiyya allāh ! Yā rasūla allāh ! Yā ḥabība allāh ! As-salāmu ʿalayka ! » (« Ô Prophète d’Allāh ! Ô Messager d’Allāh ! Ô bien-aimé d’Allāh ! La paix soit sur toi ! ») et d’autres paroles de bienvenue et de courtoisie. Vous rendez-vous compte de la gravité de sa célébration et les conséquences qui peuvent en résulter ou bien êtes-vous privés de raison ? Nous nous contentons de citer un seul verset et ḥadīth :

 

(Dis : « Je n’invoque que mon Seigneur et ne Lui associe personne ».)

(Coran : 72/20).

 

Cela constitue une forme d’excès à son égard alors que lui-même – Prière et Salut d’Allāh sur lui – a dit :

 

« […] Prenez garde à l’exagération (ghulūww) dans la religion (dīn) car [la cause] de la perte de ceux qui vous ont précédés n’est autre que l’exagération. »

(An-Nasā ī, d’après Ibn ʿAbbās et authentifié par chaykh Al-Albānī dans « ṣaḥīḥ sunan an-nasā ī ». N°3057).

 

Cher frère, chère sœur il s’agissait là d’un rappel concis et de quelques conseils pour que tu prennes conscience de cette innovation afin de la fuir, de t’en préserver et d’avertir à ton tour tes frères et sœurs qui y sont toujours plongés. Qu’Allāh fasse de nous des serviteurs sincères et de fervents adorateurs. Āmīn !

 

___________________

Recherche : L’Equipe MUKHLIṢŪN

 

Des remarques ? Contactez-nous !

Commenter cet article